Enverdeur?

EnverdeurJe me déclare enverdeur, mais vous vous demandez ce que ça veut dire au juste? Voici d’abord quelques définitions qu’on peut trouver ici et là.

  • Terme péjoratif utilisé pour décrire les personnes intéressées par la protection de l’environnement. Emmerdeurs + verts. (La Parlure)
  • (Familier) (Par plaisanterie) Intégriste de l’écologie qui critique en permanence les pratiques pas assez « vertes » de ses proches. (Wiktionnaire)
  • L’enverdeur se sent habité par une éthique garantie grand teint. Missionnaire ayant en charge le sauvetage de la planète, il évangélise ses proches à longueur de journée. L’enverdeur se considère comme un puits de science en matière écologique. (Dico du futur)
  • «Quoi, tu t’es pas mis au lombricompostage ?» ; «Ah bon ! T’as pas installé des toilettes sèches ?» ; «Mais il est pas bio, ton cassoulet ?»… L’enverdeur, on l’aura compris, c’est l’écolo archi-zélé qu’on a envie de mettre dans la poubelle verte du tri sélectif. (Libération/Vous)

André Arthur, (tristement) célèbre animateur et chroniqueur radio à  Québec, serait un des premiers à avoir utilisé cette expression dans les médias (certaines sources disent même que c’est lui qui l’aurait inventée, qui sait), mais maintenant elle est fréquemment utilisée par les gens qui aiment mépriser les environnementalistes. Bref, c’est une des insultes préférées des anti-écolo.

Mais pourquoi donc vouloir se réapproprier le terme s’il est négatif? Parce ceux qui l’utilisent comme insulte sont ceux qui n’aiment pas être confrontés sur leur mode de vie et sur leurs comportements, ceux qui préfèrent se mettre la tête dans le sable et se dire que les environnementalistes ne sont que des emmerdeurs, des « anti-toute » qui pourrissent la vie des pauvres gens et bloquent tous les projets. À se fier à ces personnes, Steven Guilbeault serait le chef suprême des enverdeurs au Québec. Donc selon moi, se faire traiter de « trop écolo » par ces gens, c’est en fait une très bonne chose!

C’est certainement un honneur pour moi si je peux être dans la même bande que les Steven Guilbeault de ce monde, ceux qui s’engagent à rendre le monde meilleur, pour maintenant et pour les générations futures. Je dis même, enverdeurs, emmerdons fièrement nos détracteurs, et que leur fiel soit notre carburant! Reprenons le terme à notre avantage, ne laissons pas nos détracteurs ternir nos discours et nos actions par leurs tentatives de nous discréditer.

J’ai même composé une petite déclaration pour vous encourager à adopter le « titre » comme moi si vous vous reconnaissez ici :

Déclaration des enverdeurs

Nouveau symbole en feutrine pour ceux qui veulent s'afficher!

Nouveau symbole en feutrine pour ceux qui veulent s’afficher!

Par nos convictions environnementales,
Par nos choix, nos discours et nos actions,
Par notre volonté d’assurer un avenir sain aux générations futures,

Nous confrontons les gens dans leur confort et leurs habitudes,
Nous dérangeons les gens qui préfèrent garder la tête dans le sable et maintenir le statu quo.

NOUS SOMMES DES ENVERDEURS, et fiers de l’être!
Parce que nous savons que nous devons agir dès maintenant pour un monde meilleur, plus durable. Et nous agissons. Ensemble, de plus en plus nombreux, nous pouvons et nous pourrons changer les choses.

P.S. : Si vous êtes d’accord avec tout ça, allez signer tout de suite le manifeste pour un Élan global si ce n’est pas déjà fait.

4 réflexions sur “Enverdeur?

  1. Pingback: Vers le vert : Série de conférences et ateliers pratiques | INFOSuroit.com

  2. J’aime beaucoup le fait que tu assumes ton « enverdiude »! Cela me questionne sur ma propre démarche, ça m’aide à poursuivre ma réflexion. En fait, je suis une écolo pure et dure moi aussi, j’ai même fondé une petite entreprise de formation au mode de vie écologique. Toutefois, j’ai plutôt tendance à critiquer le moins possible le choix des gens, en essayant simplement de montrer l’exemple (et des exemples, il y en a pour tous les goûts, pas qu’une seule façon d’être écolo!). Je me dis qu’ils viendront bien me voir lorsqu’ils seront prêts, en attendant, je ne peux pas y faire grand chose, à part de continuer à vivre en essayant d’être le plus heureuse et satisfaite possible (= le plus écolo possible pour moi). C’est mon approche. Cependant, en lisant ton affirmation, je me dis que peut-être que j’agis ainsi par peur de déranger et de m’affirmer? Qu’en penses-tu? Crois-tu qu’au fond c’est parce que je n’ose pas? Merci 🙂 Au fait, qu’on aille la même démarche ou non, je suis quand même en accord avec ce que tu fais et dit. Bravo, c’est inspirant!

    J'aime

    • Bonjour! C’est un vrai dilemme quotidien en effet entre en faire « trop » et en faire « pas assez » et chacun doit tracer la ligne où il se sent confortable et toujours avoir en tête le résultat souhaité. C’est quelque chose qui varie beaucoup en fonction de plein de facteurs et selon le contexte. Quand on voit un « mauvais » comportement autour de nous et qu’on aurait envie d’intervenir, il faut d’abord se poser quelques questions :
      – Est-ce que c’est un bon contexte pour intervenir?
      – Est-ce que la personne a le potentiel d’être réceptive à notre intervention?
      – Est-ce qu’on est prêt à risquer de partir une discussion/débat?
      – Est-ce qu’on est bien outillé pour s’engager dans cette conversation?
      – Etc.

      Et puis si on choisit d’intervenir, il faut le faire le plus possible avec empathie, compréhension et diplomatie. On ne veut pas condamner ou juger les gens négativement, parce que ça n’aura certainement pas un résultat positif. On veut informer et sensibiliser pour inciter les gens à vouloir modifier leurs comportements. Et il faut se dire qu’on plante des graines, il ne faut pas s’attendre à ce que les gens changent instantanément après notre intervention.

      Pour ma part, j’interviens généralement peu auprès de mon entourage directement au-delà de donner l’exemple. Quand je le fais, je le fais avec un clin d’oeil évident. Par contre, je me gênes moins pour déranger dans mes interventions publiques (publications sur les médias sociaux, articles, conférences, entrevues, etc.). Quand je suis dans un contexte où on me demande mon avis, je donne l’heure juste sans hésitation et sans langue de bois, mais toujours sans jugement personnel. Puis, je ne me gênes généralement pas pour dénoncer les mauvaises pratiques des entreprises ou des politiciens. 😉

      Voilà! J’espère que ça vous aide un peu! Au plaisir!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s