Biodégradable, c’est bien, non?

Avec les Oxo-biodegradable & recyclableconsciences écologiques qui s’éveillent, de plus en plus d’entreprises tentent d’offrir des options plus écoresponsables à leurs clients, dont des contenants, des emballages et des ustensiles biodégradables. C’est bien, non? Eh non! Découvrez ici pourquoi le « biodégradable » de nos jours c’est une fausse bonne idée et qu’il faut l’éviter.

Mythe sur la décomposition

On a souvent l’intuition tout à fait naturelle que quelqu’un chose qui se décompose/se dégrade est meilleur pour l’environnement que quelque chose qui ne se décompose pas. Dans les années 90, biodégradable était synonyme d’écologique. Ce n’est malheureusement pas aussi simple, et c’est surtout l’inverse quand on parle de ce qu’on envoie à la poubelle…

Dans les sites d’enfouissement (communément appelés « dépotoirs »), la décomposition se fait sans oxygène (anaérobie), car tout est très compacté, et c’est ça qui fait toute la différence car ce type de décomposition génère deux types de contamination :
– du méthane : un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2 qui peut s’échapper du site et contribuer aux changements climatiques (soit le problème environnemental le plus criant actuel et pour les générations à venir)
– du lixiviat : du jus de poubelles concentré et très toxique qui peut fuir du site et contaminer les sols et les eaux aux alentours.

Ainsi, dans un site d’enfouissement, quelque chose qui ne se décompose pas ou très peu (comme le plastique conventionnel et le verre), c’est moins polluant que quelque chose qui se décompose comme la matière organique (résidus alimentaires, résidus verts, matière biodégradable, etc.). Eh oui! Dans le dépotoir, l’infâme styromousse est moins polluant que l’innocente pelure de banane! 

Maintenant que ceci est dit, vous avez une bonne piste pour comprendre pourquoi le biodégradable n’est pas une bonne idée, mais voici plus de détails.

Biodégradable et oxo-biodégradable

EPI 100% degradable Oxo-biodegradable

Ces appellations veulent dire que le produit est fait de plastique conventionnel mais avec un additif qui fait que ça se désagrège en micro particules sous certaines conditions et avec le temps. Le « oxo » veut simplement dire qu’une condition nécessaire à la dégradation est la présence d’oxygène, donc ça n’arrivera pas ou peu dans les sites d’enfouissement.

Le SEUL avantage de ce type de plastique est que, quand il se retrouve dans la nature, ça ne fait pas de déchets entiers qui peuvent étouffer les animaux (par exemple). Voilà, aucun autre avantage. C’est donc juste mieux si vous jetez vos déchets dans la nature, mais on s’entend que ça ne devrait jamais être le cas, et ça fait quand même des micro-particules de plastique dans la nature…

IL NE FAUT PAS :

  • mettre au compost puisqu’ils vont relâcher des particules de plastique en se dégradant.
  • mettre au recyclage, même si c’est du plastique numéroté! Au recyclage, ces produits se mêlent aux vrais plastiques et dégradent la qualité du produit recyclé.

Bref, si vous avez des produits biodégradables en votre possession, la seule manière adéquate d’en disposer est de les jeter aux poubelles où ils n’auront absolument aucun effet bénéfique, voire même quelques effets néfastes.
(Précision : je parle de produits « solides » ici, et non pas des liquides qui peuvent être qualifiés de biodégradables comme les produits de nettoyage.)

Qu’en est-il des produits « compostables »?

Compostable

Logo BPI Logo BPI

Cette appellation veut dire que le produit est fait de matière végétale donc qu’il est tout à fait convenable pour le compost… à condition qu’il soit « industriel », donc généralement le cas des collectes municipales. En effet, ces produits ne sont souvent pas adéquats pour le compostage domestique puisqu’ils nécessitent des conditions industrielles pour être dégradés complètement. Il faut aussi s’assurer que ce soit certifié (certification BPI, comme ci-dessus) car des compagnies peuvent écrire « compostable » sans que ça le soit vraiment.

À envoyer dans le compost municipal seulement (en s’assurant que ce soit accepté). Pour les mêmes raisons que le plastique biodégradable, on ne doit pas mettre le plastique compostable au recyclage. Et il faut aussi éviter de les mettre à la poubelle car leur dégradation dans les sites d’enfouissement est néfaste. 

Bref, les produits en plastique compostable ne servent absolument à rien si vous n’avez pas accès à une collecte de matière organique municipale. Une entreprise qui veut choisir le meilleur contenant/emballage ne devrait choisir le compostable que si tous ses clients ont accès à une collecte municipale, autrement c’est une fausse bonne idée.

Conclusion : favorisez le bon vieux recyclable ou encore mieux le réutilisable!

Si vous n’avez pas accès à une collecte municipale de matière organique, vous devriez favoriser les emballages/contenants/ustensiles recyclables et éviter les biodégradables et les compostables.

Si vous avez accès à une collecte de matière organique municipale, il est difficile de savoir ce qui est préférable entre un produit en plastique conventionnel qui sera recyclé versus un produit compostable qui sera composté.

Quand on a accès à du compostage domestique ou municipal, le carton peut être une bonne option.

Mais ce qui est encore mieux que tout ça, c’est favoriser la réduction à la source (produits en vrac et vaisselle/contenants réutilisables)! Parce que le meilleur déchet, c’est toujours celui qu’on ne génère pas! 😉

[Ajout : Pour les sacs à déchets]

Malheureusement, sachant que les sacs biodégradables et compostables peuvent être plus nocifs dans les sites d’enfouissement que les sacs en plastique conventionnel, il y a peu d’alternatives intéressantes aux sacs à déchets, à part celles-là :

  • réutiliser des sacs en plastique pour leur donner une deuxième utilisation.
  • utiliser des sacs faits en plastique recyclé qui au moins n’ont pas utilisé de nouvelles ressources. Mais je ne sais pas si ça existe sur le marché actuel…
  • réduire la quantité de déchets qu’on génère, donc la quantité de sacs envoyés aux ordures. 😉

Quelques références :

http://espacepourlavie.ca/blogue/compostable-ou-biodegradable

http://vieenvert.telequebec.tv/sujets/578

https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/municipalites/matieres-organiques/residus-verts/documents-outils-pratiques-planification/guide-utilisation-sacs


Intéressé(e)s par une conférence sur le gaspillage alimentaire en général ou sur un volet précis? N’hésitez pas à me contacter : eric.lenverdeur@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s