L’histoire d’horreur des citrouilles (et comment l’éviter)

IMAG0609 - CopieC’est l’Halloween, alors pourquoi pas une petite histoire d’épouvante pour commencer.

Il était une fois les citrouilles. Là où est célébrée l’Halloween, elles pullulent et font fureur au mois d’octobre, mais leur destin est généralement un récit tragique et horrifiant.

On les entaille à coups de couteaux, les transperce, leur arrache les entrailles. Un vrai carnage. Les plus chanceuses se font seulement défigurer aux crayons ou à la peinture, ou avec de la colle brûlante. On les abandonne ensuite dehors ou à la fenêtre, les laissant croupir et moisir pendant des jours et des jours, tantôt au soleil tantôt au froid et aux intempéries. Le Jour J, on les brûle à petit feu de l’intérieur avec des bougies ou des ampoules.

Mais le pire arrive lorsqu’elles ont terminé de remplir leur cruel rôle décoratif : on les jette aux ordures comme de vulgaires vidanges. Or, ce qu’on ne sait pas, c’est qu’elles préparent alors une lente vengeance bien méritée.

Ensevelies, écrabouillées, étouffées sous les déchets des sites d’enfouissement, elles se décomposent tout doucement, sans oxygène, pendant de nombreuses années. Elles se transforment tranquillement en liquide se mélangeant avec l’eau de ruissellement et les autres déchets, produisant ainsi un jus toxique (lixiviat) qui s’écoule dans la nature lorsqu’il n’est pas complètement capté. Leur putréfaction produit aussi du méthane, un puissant gaz à effet de serre, qui se dégage dans l’atmosphère à moins d’être parfaitement capté.

Les humains leur auront peut-être pourri leur vie, mais elles auront pourri leur environnement en retour! Mouhahahahahahahahaha (rire diabolique)!!! On récolte ce que l’on sème, n’est-ce pas?

Mais sérieusement, une citrouille c’est un aliment.

Eh oui! Contrairement à la croyance populaire, la citrouille n’est pas fondamentalement une décoration d’Halloween jetable, elle est avant tout un aliment dans la grande famille des cucurbitacées ou, plus simplement, des courges.

Voici trois raisons qui pourraient vous entraîner à gaspiller des citrouilles :

1) Vous n’avez pas envie de cuisiner ni de manger de la citrouille?

Solution facile : Achetez-en une en plastique (ou en un autre matériau durable) que vous allez pouvoir réutiliser tous les ans. On n’achète pas de citrouille naturelle si on n’a pas l’intention de la manger, c’est pas plus compliqué que ça. 😉

2) Vous ne savez pas comment on peut décorer avec la citrouille sans la rendre insalubre?

Deux options s’offrent à vous :

a) Décorer la citrouille sans abîmer la peau, en mode bricolage. Vraiment faire attention à ne pas percer la peau car même de petits trous peuvent suffire à faire pourrir la citrouille. Aussi faire attention si vous utilisez de la peinture ou des crayons feutres directement sur la peau, assurez-vous que ce soit non toxique!

b) Entailler la citrouille à la dernière minute (maximum une journée à l’avance) puis la mettre au froid dès la fin de la soirée d’Halloween. Au besoin, la découper en morceaux pour la faire entrer aisément dans le frigo en attendant de la cuisiner dans les jours qui suivent.

3) Vous ne savez pas quoi cuisiner avec une citrouille?

Pas d’excuses! Il suffit soit de faire une petite recherche sur Google et vous allez trouver des milliers de recettes, ou vous pouvez tout simplement vous rendre sur le  site Ma citrouille bien aimée, créé par Louise Gagnon, une passionnée de citrouille.

Vous allez voir, les possibilités sont infinies! Vous pouvez faire des scones, du sirop, du beurre, de la confiture, de la tarte, des crêpes, des lattés, de la crème brûlée, du ragoût, des frites, du potage, de la soupe, de la lasagne, du ketchup, du risotto, du chutney, etc.!!!

Je vous recommande également la page Facebook Citrouilles et petits fruits et le livre « Sous le charme des courges et des citrouilles », aussi par Louise Gagnon.

Sur ce, joyeuse Halloween sans gaspillage!

 


Intéressé(e)s par une conférence sur le gaspillage alimentaire en général, sur un volet précis, ou sur la consommation responsable? Écrivez-moi!  eric.lenverdeur@gmail.com

Une réflexion sur “L’histoire d’horreur des citrouilles (et comment l’éviter)

  1. Pingback: La revue de presse #10 | L'INFO ANTIGASPI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s