Vendre des produits passés date, impossible? (« meilleur avant » épisode 2)

N'égale pas "jeter après"Je vous avais dit que je vous apprendrais encore quelque chose de nouveau sur la date de péremption au Québec et au Canada, je pense bien réussir avec les lignes qui suivent.

Saviez-vous qu’il est tout à fait possible et surtout LÉGAL de vendre des produits dont la date de péremption est atteinte ou dépassée? Ce n’est pas moi qui le dit, mais bien encore une fois l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

Les aliments peuvent être achetés et consommés après la date de péremption.

Oui oui, donc s’ils peuvent être achetés, ça veut dire que les aliments « passés date » peuvent être vendus, légalement pis toute!

Pour être sûr de ne pas vous induire en erreur, je suis passé à travers la Loi sur les produits alimentaires et le Règlement sur les aliments et puis je n’ai trouvé aucune mention d’une quelconque obligation de jeter les produits en fonction de la date « meilleur avant ». Mais pour être vraiment vraiment certain de mon affaire, j’ai téléphoné la semaine dernière à Ginette Bourgeois, ex-inspectrice du MAPAQ (ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec), aujourd’hui consultante et formatrice en hygiène et salubrité. Eh bien croyez-le ou non, elle m’a confirmé qu’il n’existe aucune disposition légale qui oblige les marchands au Québec de jeter les produits une fois la date de péremption atteinte ou dépassée. Ce qui compte en hygiène/salubrité, ce sont les conditions de conservation (dont la température) et de manipulation des aliments.

Voilà qui déboulonne donc un mythe extrêmement répandu et même alimenté par les médias, comme dans ce fâcheux exemple. Ceci étant dit, il est possible qu’un inspecteur (mal informé) du MAPAQ demande à un commerçant de jeter des produits périmés, mais ce n’est pas parce qu’il le demande que ça veut dire qu’il est en droit de le faire. Les inspecteurs sont des humains et peuvent aussi avoir tort malheureusement…

Bonne nouvelle!

Mais bref, savez-vous ce que ça veut dire tout ça? C’est qu’il serait tout à fait possible et légal pour les marchants de vendre à rabais les produits périmés (non potentiellement dangereux évidemment –> voir mon article précédent si vous ne comprenez pas de quoi il est question), comme plusieurs font déjà pour les produits abîmés ou défraîchis.

Ceci m’a donc inspiré une petite campagne de publicité pour répandre la bonne nouvelle. À noter que toute ressemblance avec une certaine campagne pour les « Fruits et légumes moches » est tout à fait NON fortuite. 😉

Comment vous trouvez ça? En achèteriez-vous?

P.S. Merci à Marie-Pierre Drolet (coordonnatrice de la Table autonome des aînés des Collines-de-l’Outaouais) pour m’avoir donné cette idée de campagne publicitaire sans le savoir.

 

 


Intéressés par une conférence sur le gaspillage alimentaire en général ou sur un volet précis? N’hésitez pas à me contacter : eric.lenverdeur@gmail.com

Advertisements

Une réflexion sur “Vendre des produits passés date, impossible? (« meilleur avant » épisode 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s